Début juillet: fanage
Début juillet: fanage

Wouah ! Quel été !

Rédigé par Jean-Marie le samedi septembre 17, 2016

14 septembre donc! Les arbres perdent leurs feuilles et les fruits pas encore mûrs tombent des arbres : à se croire au milieu de l’automne. En l’absence de mes voisins j’arrose le jardin tous les jours. Chantal abreuve les plantes, surtout depuis que notre belle véronique a grillé en 48 heures.
J’ai mis du foin aux bovins depuis quelques jours et je crois bien que je vais être obligé d’en faire autant avec les moutons d’ici peu. Au repos forcé aujourd’hui tout comme la veille, suite à une infiltration dans l’épaule qui est devenue alors très douloureuse et qui m’a tenu éveillé toute la nuit. Il y a une liste des travaux à réaliser avant notre départ sur le Mayero, une liste longue comme le bras … mais je suis réduit quasiment à l’impuissance avec ce problème… Il reste moins d’une semaine… Le final risque d’être sportif, sans doute aurais-je besoin d’être épaulé. J’ai biffé toutes les lignes de mon carnet navette bateau-maison, mais je dois encore charger toutes les batteries, rassembler le matériel et le vérifier et m’occuper de moi, ce qui n’est pas une mince affaire.Chantal refait les sacs à drisses du Mayero avec de la belle batyline grise qu’il a fallu commander, après avoir réparé la manche à air si indispensable à bord. Il restera la protection de la table à cartes. Mais je ne crains rien, elle assure !

Je suis sidéré par la rapidité avec laquelle le temps a passé depuis 10 semaines et à la fois j’ai la forte impression que la période des foins qui a marqué le début de notre séjour est vraiment très éloignée. En fait, il n’y a rien d’étonnant à cela : nous avons été bien occupés et toute cette période a été riche en événements ! Il se passe toujours quelque chose à Ravent.

  • D’abord les amis et la famille : hier c’était quasiment le premier jour depuis notre retour début juillet où nous n’avions personne pour participer un de nos repas quotidiens . Encore faut-il moduler le propos en signalant tout de même qu’ en fin d’après midi, Stéphane et Monella ont partagé l’apéro avec nous. J’aime bien quand nos amis nous surprennent en nous faisant la surprise de venir à Ravent : cette année fut riche de ce point de vue avec Jean, nos amis grecs, Stéphane, Nicolas, Natacha et tous les autres.. Quel plaisir de partager de bons moments avec tous ceux qui ont choisi de croire à notre disponibilité, ce en quoi ils ont eu bien raison. Et certains d’entre eux ont même osé prolonger leur passage quelques jours nous ont donné un coup de main. Ainsi grâce à Céline et Christian nous avons pu repeindre tous les poteaux du chemin et ce fut un travail de titans. Alban , le petit fils , s’est familiarisé avec la conduite du Renault 86 et il a géré seul la remise en état de 7 hectares avec le broyeur après le passage des bêtes ce printemps. Nicolas a aidé à rentrer les foins. Robert et Zouzou ont ramassé les mûres et les noisettes.
  • La cidrerie est en ordre : j’ai mis le pommeau en bouteilles et j’en ai nettoyé près de 150 à capsules pour mettre le jus de pommes à l’automne… avis aux amateurs !
  • J’ai libéré hier les 5 pintades femelles que grandissaient en cage : pas de difficultés pour qu’elles rejoignent les mâles restants. Ainsi nous pouvons croire qu’au printemps nous pourrons élever une nombreuse descendance de ces volatiles grâce à la couveuse.
  • Le troupeau ovin s’est enrichi de deux nouveaux pensionnaires : à l’instar de l’année précédente, je me suis rendu avec Alban chez Raymond à Hauteville la Guichard dans la Manche pour acheter un petit blin et une gerse suffolk de toute beauté . C’est toujours un grand moment de revoir Raymond, qui à près de 90 ans gère encore son troupeau et son jardin avec tant de maitrise. Un exemple pour nous les jeunes ! J’y crois, j’y crois !
  • Avec Céline et Nicolas j’ai repris en mains les chevaux et en particulier l’attelage. A tel point qu’il a fallu acheter des hipposandales à Fiona dont les pieds s’étaient considérablement usés lors de mes nombreuses balades en juillet. Ce système permet d’éviter le ferrage. Il a fallu moins d’une semaine à la jument pour s’habituer à ses nouvelles chaussures! A noter que mes souliers valent bien moins chers que ceux de ce (bel) animal , mais il est vrai que je n’ai que deux pattes.
  • Philippe bien assisté de Catherine et Celine nous a préparé un jardin d’enfer. S’il y avait quelques retards cette année dans les récoltes, nous préparons depuis une dizaine les réserves d’hiver sous forme de conserves de fruits et légumes et de sacs sous vide à congeler. Il y a deux jours nous avons eu la plus petite récolte de haricots de ce mois: seulement 3,4 kg. Rentrez vite les voisins, nous sommes envahis ! Et cela commence à me donner des cauchemars. Déjà que mon sommeil est assez léger, je n’ai pas besoin en plus de me noyer dans les rames fabaceae
  • Olivier travaille depuis un mois et demi à la deuxième tranche de travaux de ravalement de façade (seulement celles de la maison et de ses dépendances, malheureusement il n’a pas encore le pouvoir de nous rajeunir) . Il a fallu monter et assurer des échafaudages incroyablement hauts pour lui permettre de réaliser son travail. Sa présence et son bonheur de vivre a largement participé à la réussite de ce bel été. Il va falloir retrouver des travaux pour l’an prochain.
  • Daniel le mécano et son gendre passent assez régulièrement pour tenter de réparer un de nos tracteurs , tombé en panne juste avant de rentrer les grosses bottes à la mi juillet . Il n’est toujours pas complètement remis en état. Je l’ai démonté avec l’aide de Philippe et en fonction des demandes du pro, j’ai couru un peu partout pour trouver les pièces. Le moteur a été démonté deux fois avant que notre intervenant de choc comprenne que le problème venait du volant moteur dont les vis s’étaient desserrées. Il devient urgent qu’il soit terminé car il encombre la grange et je dois rentrer des grosses machines à bois demain soir. Normalement tout sera fini cette nuit, mais je croise les doigts, je touche du bois, je ne parle pas au conditionnel et j’évite de passer sous les échelles… Daniel est peu fiable sur ses engagements horaires et oublie même d’avertir quand il ne vient pas ! Par contre il convient d’être présent quand il intervient à la maison. Pas facile de s’organiser dans ces conditions. Je suis pourtant rompu à ces pratiques de travail en Méditerranée. Mais je n’ai pas encore atteint la sagesse en ce domaine.

Enfin il y a toujours le souci de l’assainissement qui n’a pas été installé selon les règles et qui nous empoisonne la vie depuis plusieurs années. Des heures passées à retrouver les documents et à travailler derrière l’ordinateur pour constituer un dossier solide, à se rendre à des rencontres sans nombre avec des gens de toutes sortes pour négocier, se renseigner, être défendu, obtenir « des papiers indispensables ». C’est usant et nous avons la nette impression de ne pas voir la fin du tunnel… Mais en attendant toutes ces démarches prennent la tête et rallongent le temps. Bref comment avons nous pu rentrer tout cela dans ce laps de temps relativement court ? Et encore… je n’ai pas tout abordé : il aurait fallu s’étendre largement sur la fête à Ravent en l’occasion du 90ème anniversaire de la grand-mère de Cherbourg , faire partager tous ces petits moments formidables autour d’un petit café le matin vers 11heures, sous un parasol installé devant la maison, sur toutes ces allées et venues pour surveiller l’eau des bêtes ou chercher le courrier.. Quand j’écris que c’était un super été, il faut me croire !

Le 16 septembre, fin de l’été  : il pleut depuis 2 jours et il fait 15°. Pas d’arrosage et les champs commencent à reverdir, il était temps !

  • Daniel, le mécano est venu finir le tracteur le soir prévu. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer ! Hier j’ai donc pu sortir notre bel engin de sa gangue, et j’ai passé la journée à tout nettoyer et ranger dans la grange.
  • Le soir, avec un 20m3 à hayon, j’ai rejoint Nicolas avec Stéphane pour rapporter à Ravent les machines à bois. Ce matin tout était en ordre. Il ne reste plus qu’à ranger les bottes de foins pour mettre le matériel à l’abri. Je n’aurai pas le temps d’épandre le fumier… Dommage. Mais l’essentiel est fait avant notre migration saisonnière.

OUF ! L’automne peut arriver !

Début juillet: fanage
Fanage poétiques autour des arbres
Le Massey est en ^panne: nous utilisons le Renault
Nico à la tâche
Alban assure au broyage
7 hectares réalisés: bravo
bain quotidien de Sushi: c'est l'été
Le chat se réfugie dans un sac en papier aux premières chaleurs
Monsieur taureau et une de ses dames
Kiki a quatre ans!
arrivée des suffolks
premiere prise de contact
Joli en sortie avec Nico: super!
sortie journalière avec fiona et Sushi
Fiona essaie ses premières hipposandales
ajustements...
essai des hipposandale avec amis grecs
Le jardin de Philippe est magnifique
Jardin qui produit de belles récoltes
C'est parti pour la peinture des poteaux du chemin
avec l'aide précieuse  de Christian
sous l'oeil très intéressé  des fjords
En voir le bout
destruction des jeux enfants dangereux.Snif!
abattage domestique
réparation sur assainissement
ponçage des pierres d'angle avant réfection de façade
préparation des entourages de fenêtres
préparation du support
Rejointoiement de la grange: c'est beau!
travail d'expert
brossage après la prise de la chaux
la grange terminée
détail de la grange: la cidrerie
le petit poulailler est magnifique
premier échafaudage sur pignon-est
la réfection du pignon est plus sportive
Réparation du Massey d'abord enlever la carrosserie
mise a nu du moteur
démontage de l'alternateur
pas trop de 2 pour enlever le carter
J+3  première intervention des pros
injecteurs et culbuteurs démontés
J+5: les pistons sont démontés...
...et les goujons de culasse enlevés.
J+30 le moteur refait est remonté
belle organisation du travail: il faut ce qu'il faut!
remise en place des pistons.
Essai J+30, moteur refait: le bruit infernal est toujours là.
six semaines plus tard la panne est enfin trouvée.
C'est fait le 15 septembre: première sortie du Massey de sa gangue.
faire-part du 90ème anniversaire de mamie
Le trou normand essentiel pour la mamie
Le gateau au chocolat: la gourmandise de mamie
contact avec les jeunes du québec.
Belle journée pour tous à l'instar du sourire de Chantal
et ceux d'Alban et Nico
sans oublier ceux de Céline et de Camille
Merci à tous pour cette belle journée

5 commentaires

Author avatar

Rédigé par celine le 17 septembre 2016

et oui, c'était un bel été, remplit de belles journées et de bons moments!
fais quand meme attention a toi et n'en fais pas trop...tu risques de compromettre ton rétablissement! alors take it easy!hmm...
biz a vous deux

Author avatar

Rédigé par Nico le 18 septembre 2016

Des semaines que nous attendions un billet… signe que le padre s'était posé 2h !
Merci pour toutes ces nouvelles et photos… Allez, filez en Grèce maintenant, et reposez-vous un peu !
Grosses bises du fiston !

Author avatar

Rédigé par davidof le 20 septembre 2016

vraiment belle tes photos ca donne envie de venir prendre l air te filer quelques coup de main l"année prochaine
vivement la martinique j 'attends des nouvelles du pirate et je tel
davidof

Author avatar

Rédigé par OURANOS le 27 septembre 2016

Bonjour à vous.
Après les nouvelles de votre été, voici les notres qui ne sont pas fameuses.
Pour résumer : CE FUT UN ETE DE M... !!!
Je résume :
Panne en surchauffe incompréhensible, waterlock fondu 3 fois sans comprendre la raison, l'eau coulait normalement (me semblait-il) par l'échappement. Arrêt à Nea Epidavras où je rentre en écopant au seau l'eau qui coulait du waterlock dans le bateau. Je répare au bout d'une semaine (le temps de faire venir la pièce d'Athènes et de réparer. Entre temps je me fais agresser par un abruti qui a monopolisé 5 pendilles pour lui tout seul ! Bagarre sur le quai, j'essaie de le foutre à l'eau mais il est gros comme un cochon et il me tombe dessus. En tombant sur moi, il me fêle (ou me casse) une côte. Je n'arrive plus à bouger avec ce gros lard sur moi. Alors d'une main je lui attrape la gorge et je serre jusqu'à ne plus sentir mes doigts et de l'autre main je lui attrape les c... et je tourne. On nous sépare tant bien que mal. Quelqu'un appelle la police, le maire du village arrive aussi, c'est la pagaye sur le quai où tout le monde crie en Grec. Heureusement je ne comprends pas ce qui se dit. Le maire, puis le policier calment tout le monde. Fin de l'épisode.
Nous repartons sur Korfos et là re-panne et une entrée sur Korfos au bout de 6 heures de galère avec un vent qui change de direction chaque fois que nous voulons passer le cap qui protège la baie. Il nous rejette dans arrêt sur la ferme à poisson et il faut recommencer l’approche. Finalement j’en ai marre et je décide d’aller jusqu’à Angistri et de revenir en longeant la côte pour profiter du vent qui vient de la montagne. Finalement le vent se lève mais se met à souffler comme le vent peut le faire en Grèce, au moins 40 noeuds. Nous rentrons sous voile et mouillons à la volée. Beaucoup de monde sur le quai et sur les bateaux qui nous regarde sans pouvoir nous aider et qui se demande comment ça va finir. Nous aussi d'ailleurs. Heureusement l'ancre croche du premier coup, sinon c'était la solution de désespoir, s'échouer sur le fond de la baie qui est sableux. Je me bénis d'avoir changé d'ancre et pris un Delta, ma FOB n'aurait jamais accroché. Le lendemain un bateau français nous amène à couple au quai où nous sommes en sécurité. Je répare à nouveau avec une nouvelle pièce pour le watrerlock. Je n'ai toujours pas compris pourquoi ça ne refroidit pas alors que l'eau coule. Je fais bref, on repart après plusieurs jours en compagnie d'un Anglais qui est méfiant et qui décide de nous accompagner. Nous partons de conserve. Tout fonctionne et de nouveau, mais quand je mets un peu de gaz, patatras, ça fume dur en bas à nouveau. La fumée envahit le carré !!
Inutile d'insister, l'anglais nous prend en remorque et nous amène à Methana. Nous restons 2 jours avec lui et nous décidons de rentrer en remorque sur Poros où nous arrivons enfin. L'Anglais se met à couple et me met sur le mouillage du chantier. Nous sommes en sécurité, fin de l'épisode.
Explication de la panne. Comme j'ai très peu navigué ces 2 dernières années, un bouchon de sel s'est formé dans une durit de refroidissement la bouchant partiellement. L'eau de refroidissement s'écoule donc suffisamment à bas régime mais pas assez quand on met les gaz. Si ça vous arrive vous saurez quoi regarder.
Mais ce n'est pas fini. Pendant que je bricolais sur le mouillage du chantier, Kathrine pendant que j'étais sur le pont descend dans le carré et aveuglée, ne voit pas que j'avais enlevé la descente pour travailler sur le moteur. Résultat un vol plané et une fracture du cotyle (la partie creuse de la hanche dans laquelle entre le fémur). Plâtrer est impossible, il faut attendre que ça se recolle (c'est fait maintenant) mais elle s d'autres problèmes (violentes douleurs dans le bassin). On a fait une batterie de test et on attend les résultats pour entamer le traitement adéquat.
Nous rentrons en France en laissant le bateau au mouillage avec l'intention de revenir en septembre et partons dans notre maison de la Nièvre nous remettre de nos émotions et là, cerise sur le gâteau, je marche sur le chat ! Pour ne pas l'écraser complètement je me retourne et je tombe sur l'épaule. Résultat une rupture partielle de tendon, un mois de rééducation et probablement une intervention ultérieure.
Un été de merde je te dis !
Une bonne chose toutefois, une solidarité totale des Grecs et des bateaux autour de nous qu'ils soient français, anglais ou suisses. Sans compter bien entendu l'entregent extraordianaire de notre ami Spyros. Sans eux je crois que nous serions toujours là bas (mais sans fracture et sans rupture du tendon il est vrai)
Epilogue : J’ai demandé à Takis de remonter le bateau et nous verrons pour le printemps prochain en espérant que tout soit rentré dans l’ordre.
En attendant nous passons de médecin en spécialiste, d’acupuncteur en ostéopathe et d’ostéopathe en kiné. Tu verrais mon agenda, ça ressemble au cahier d’admission d’un hôpital !
Amitiés
Henri

Author avatar

Rédigé par sewa mobil bali le 20 février 2018

Having the flexibility that a car gives you is certainly appealing. I think your situation is very much the exception though. You and your husband live in Italy and own a car, so you don’t have to rent one. A normal tourist would end up paying several hundred euros to rent a car plus adding in the cost of the insurance policy, gas, tolls, parking, etc. Plus a normal tourist won’t be staying someplace like where you live, so if they were traveling to Venice and were interested in something like the festival you mentioned, they would already be in Venice and wouldn’t have to worry about things like the train not running late enough. You also understand the different driving rules because you live in Europe, but someone who doesn’t live here would probably have a hard time trying to decipher the signs. As I mentioned, there are definitely times when renting a car makes sense, like exploring areas not accessible by public transportation, but for the majority of tourists who travel in cities in Europe, a car isn’t really worth it.

Billets récent(e)s

Vue d'ensemble des Billets

Commentaires